• Méthode de Maîtrise de la langue Française

    Le Long Cours est une méthode à dominante MAITRISE DE LA LANGUE. Grâce à des tests simples, l'élève est initié à la linguistique. Il élabore au fil de sa lecture, une liste de contrôle orthographique (une "check-list") qu'il réutilisera dans toute production écrite.

    Méthode conforme aux Programmes 2009 de L'Education Nationale.

    L’auteur, Lionel TINLOT.

     
  • C'est une méthode "prête-à-enseigner"

    Elle a été testée et amendée par des professeurs de Lettres modernes et classiques.

    Elle ne requiert pas de formation préalable : grâce au corrigé, les enseignants s'initient à la méthode tout en la découvrant avec leurs élèves. Le Long Cours est surtout le fruit savoureux d'un long dialogue entre l'auteur et ses élèves.

     
  • Le Long Cours est un conte

    Au fil d'un conte, l'élève apprend à maîtriser la langue française (orthographe, grammaire, conjugaison, vocabulaire, expression écrite).

    Et à travers le récit du voyage d'un poisson-lune, l'élève découvre les mécanismes de la langue française.

     

Dédicaces

Auteur : admin
 

« Le long cours » est une expression issue de la marine, car les voyages au long cours étaient ceux qui se faisaient en dehors des limites du cabotage et plus largement sur de très longues distances.

L'enseignement du français, pour diverses raisons, n’apporte pas les résultats escomptés. Problème de société au cœur de notre système éducatif. Ainsi tout ce qui peut contribuer à développer chez nos jeunes élèves le sens et le bon maniement de notre langue française est une noble tâche.

Dès ma première rencontre avec Lionel Tinlot, j’ai été séduit par cette méthode « Le Long Cours », par son approche pragmatique de l’enseignement du français et par sa méthodologie dans un contexte d’éducation prioritaire. L’aspect structural décloisonnant les sous-matières, orthographe, grammaire, lecture et expression écrite me renvoie à la systématique utilisée en Sciences de la Vie pour ranger les espèces. Le français pouvant être abordé comme une matière scientifique …

Il est primordial que les élèves apprennent, de façon ordonnée et systématique, les structures de leur propre langue. Conduire tous les jeunes vers la réussite scolaire et particulièrement ceux qui sont en difficulté est une priorité nationale, Lionel Tinlot s’y emploie et je l’en remercie. Gageons que la méthode « Le Long Cours » de Lionel Tinlot emmène de très nombreux élèves le plus loin possible, dans notre monde de demain.

Bon vent à tous…

Philippe MESPOULHE Inspecteur de l’Education Nationale Docteur ès Sciences


La méthode ici proposée est une expérimentation reconnue au niveau académique. A partir d’une réflexion personnelle mise en œuvre durant de nombreuses années au sein de ses classes, l’auteur s’est engagé dans des échanges de pratiques avec des collègues du premier et du second degré. Ces derniers portent leurs fruits et ce support numérique est une nouvelle étape dans l’essaimage attendu de bonnes pratiques d’apprentissage.

PASCAL CHABERNAUD,

CONSEIL ACADEMIQUE RECHERCHE DEVELOPPEMENT INNOVATION EXPERIMENTATION, ACADÉMIE de la RÉUNION.


Comment faire partager l’innovation pédagogique qui reste bien souvent limitée à l’enseignant et à ses classes ou, au mieux, circonscrite à un sérail de proches collègues ?

Comment la transmettre quand un travail « au long cours » a permis d’en mesurer et d’en valider l’efficacité ? Comment donner aux autres enseignants l’envie de relayer l’’innovation en s’appropriant à leur tour un processus, un outil, une modalité d’enseignement imaginée, forgée, et formalisée par un autre ? La diffusion de l’innovation ne va pas de soi, on le sait bien.

Demandons-nous plutôt pourquoi... Pourquoi prendre le risque d’un changement de pratique en didactique de l’orthographe sinon par insatisfaction (insatisfaction apportée par les autres démarches habituelles1), sinon parce qu’au terme de l’aventure pilotée méthodiquement, il y a une garantie avérée de résultat, c’est-à-dire d’efficacité et de satisfactions (celles des enseignants, des élèves et de tous leurs lecteurs potentiels).

Je m’arrêterai alors au titre que les enseignants vont découvrir dans les nouvelles ressources pédagogiques.

Lionel Tinlot a choisi le mot « méthode » en titre de sa démarche innovante pour l’acquisition de l’orthographe et pour l’intégration, par les élèves réfractaires, des gestes et des mécanismes de l’auto-contrôle orthographique. Ce mot venu du grec est significatif ; il indique un cheminement à suivre dont les étapes et les degrés sont balisés. Le mot « méthode », implicitement, nous assure que l’objectif sera atteint au terme du parcours bien gradué. Ainsi, ce n’est pas parce qu’elle est nouvelle, mais parce qu’elle « marche » que cette novatrice didactique de l’orthographe est ainsi mise au service des autres enseignants et de leurs élèves.

Le titre invite aussi à un voyage « au long cours » car choisir d’adopter une nouvelle méthode d’enseignement de l’orthographe et chercher de la sorte une façon de rompre avec les déceptions et les limites de ses pratiques habituelles, c’est AUSSI entrer en innovation, en partager une aventure pédagogique2 qui commence par le refus d’accepter comme une fatalité l’échec des élèves en orthographe. Elle se fonde sur la foi dans les pouvoirs de la didactique.

La création de cet outil de diffusion, lui aussi innovant par son support, constitue pour Lionel Tinlot un nouvel engagement. La recherche et la mise au point de sa méthode a d’abord été un travail solitaire ; la mise en œuvre de l’ouvrage et de sa forme numérisée résulte de la coopération d’une équipe de professionnels convaincus. Ces deux moments d’invention et de diffusion sont portés par un même élan, la même générosité et les mêmes valeurs et objectifs auxquels je souscris pleinement : innover s’il le faut pour mettre toujours au diapason enseignement, efficacité et réussite pour tous.

Puisse la caution, que j’ai l’honneur et le plaisir d’apporter ici, contribuer, à sa façon, à une ample diffusion de la « Méthode au long cours ».

Bien cordialement,

Catherine Frizza-Thibault Ia-ipr de lettres,

Académie de Rennes

1 « S’engager dans une aventure consiste souvent à saisir au vol une opportunité afin d’atteindre plus surement son but, du moins l’espère-t-on » Anne marie Bardi, IGEn honoraire de l’éducation nationale, membre du workin group in innovative shools », technologie nouvelle et innovation, INRP, 2009

2 www.reunion.iufm.fr/Recherche/Expressions/22/Marsollier.pdf (L’INNOVATION PÉDAGOGIQUE : SES FIGURES, SON SENS ET SES ENJEUX, Christophe MARSOLLIER, IUFM de la Réunion)

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
show bar
Quick Menu
-->